Convertir les dates dans les journeaux de QMail

Dans le domaine de l’hébergement web, les questions les plus fréquentes sont souvent reliées aux courriels.  « Pourquoi je n’ai pas reçu ce courriel? », « Pourquoi il y a un délais dans la livraison de mon courriel? », « Pourquoi mon courriel est traité comme un pourriel? ».  Peu importe la question, la réponse se trouve plus souvent qu’autrement dans la configuration du logiciel du client ou dans les journeaux (logs) des serveurs.

Un jour, j’ai dù vérifier des journeaux sur un serveur roulant QMail.  Le logiciel QMail fonctionne très bien mais les logs que j’y ai trouvé contenaient une date en format hexadécimal, ce qui est très difficile à lire rapidement pour un humain…  J’ai cherché un peu et trouvé cette commande qui est très utile.

Il faut tout d’abord aller dans le dossier qui contient les journeaux (dans mon cas, c’était /var/log/* où * veut dire soit send, smtp, smpt2, pop3, pop3-ssl, imap4, imap4-ssl, sur un serveur RHEL6 ou CentOS 6 roulant Interworx 4.x).  Ensuite, il faut rouler cette commande pour convertir les journaux courants :

# cat ./current | tai64nlocal > current-merged-log

Ou celle-ci pour convertir tous les fichiers journaux ayant subi une rotation de QMail :

# sort -m \@* | tai64nlocal > old-merged-log

Et voilà, les dates sont maintenant façilement lisibles par des humains normalement constitués!  🙂

Trouver la date d’installation de Linux

Un jour j’avais besoin de réviser quels serveurs arrivaient à leur fin de vie physique au travail avant qu’un événement malheureux arrive.  Je n’étais pas là lors de l’installation de certains de ces serveurs et l’ancien technicien n’avait pas noté les dates d’installation de ces serveurs nulle part…

Après quelques recherches, j’ai trouvé quelques response.  La première concerne les distributions de Linux basées sur les RPM telles que RHEL et CentOS :

# rpm -qi basesystem

Note: Sur certains types de serveurs virtuels (V-Server), cette commande affiche la date d’installation du « basesystem » de la machine hôte et non pas de la machine virtuelle donc faites attention et vérifiez l’autre commande ci-dessous.

La deuxième réponse que j’ai trouvé est plus générique mais dépend du fait que le fichier en question aurait pu être modifié ou recréé même si ceci est peu probable.  Presque toutes les distributions de Linux vont créer une clé d’hôte ssh lors du premier démarrage suivant l’installation, on peut donc vérifier sa date de création très simplement :

# ls -l /etc/ssh/

J’espère que ceci vous aura aidé un peu!  Du moins, ça a fonctionné dans tous les cas où je l’ai essayé jusqu’à présent…

Utilisateurs de Bittorrent Canadiens : Faites Attention

La cour fédérale Canadienne à demandé à trois fournisseurs de service internet de lui dévoiler des informations personnelles de personnes ayant utilisé certaines adresses IP à certains moments.  Le but ici était d’attraper des gens qui auraient copié un certain film en particuler sans en avoir acheté une copie légale.  Il est donc à prévoir que d’autres poursuites similaires auront lieu au cours des prochains mois et prochaines années.

Pour ceux comme moi qui se contentent de télécharger des distributions de Linux et autres logiciels gratuits (généralement « open source »), il n’y a pas de problèmes.  Par contre, si vous téléchargez des films, des jeux, des applications ou de la musique qui ont des droits et que vous n’en détenez pas une copie légale, dites-vous que les géants de ces industries ont trouvé une façon de lancer la guerre et que si par malchance vous vous trouvez sur leur chemin, des amendes de plusieurs milliers de dollars peuvent s’imposer (on parle dans le cas présent d’environ 5000$CAD).

Dans un sens, c’est dommage, d’un autre, c’est normal!

Réf.: http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/201109/09/01-4433023-bittorrent-le-canada-veut-identifier-et-poursuivre-les-internautes-fautifs.php